La rupture d’un CDD pour faute grave est soumise à la procédure disciplinaire

2019-02-06T14:10:38+00:007 janvier 2015|

Les dispositions des articles L 1232-2 et L 1235-6 du Code du travail concernant la rupture du contrat de travail à durée indéterminée (procédure de licenciement) ne s’appliquent pas au contrat de travail à durée déterminée 

La jurisprudence a donc été amenée à préciser la procédure applicable à la rupture anticipée du contrat à durée déterminée pour faute grave du salarié. Elle a retenu l’application de la procédure disciplinaire prévue aux articles L 1332-1 à L 1332-3 du Code du travail (Cass. soc., 11 avril 1996, n° 93-42.632 ; Cass. soc., 4 juin 2008, n° 07-40.126). 

Cette procédure est régulière dès lors que le salarié a effectivement reçu la convocation à l’entretien préalable, cette convocation étant soumise aux formalités prévues par l’article R 1332-1 du même Code  (Cass. Soc., 20 novembre 2013, n°12-30.100). 

Le défaut de convocation du salarié à un entretien préalable à la rupture anticipée du CDD pour faute grave constitue une irrégularité de procédure mais n’affecte pas le bien-fondé de cette mesure. 

En conséquence, le salarié ne peut pas prétendre, à titre de réparation, au paiement des salaires qui auraient été dus jusqu’au terme du contrat (article L 1243-4 du Code du travail), mais seulement à des dommages-intérêts souverainement fixés par le juge en fonction du préjudice né du défaut d’entretien préalable (Cass. Soc., 14 mai 2014, n°13-12.071).

En continuant de naviguer sur ce site, vous autorisez l'utilisation de nos cookies. Plus d'informations

Les paramètres de cookies sur ce site sont configurés pour "autoriser les cookies" afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer