Loading...
Droit disciplinaire2019-01-25T14:50:45+00:00

Droit disciplinaire

Dans l’entreprise, l’employeur dispose d’un droit disciplinaire sur ses salariés, ce qui signifie qu’il dispose d’un pouvoir de sanction à l’encontre de ces derniers. Ce pouvoir disciplinaire peut être utilisé dans diverses situations notamment lors d’un manquement du salarié à la discipline découlant du pouvoir de direction de l’employeur, en cas d’erreur ou négligences commises dans le travail, en cas d’injures, menace ou violence mais aussi en cas de non-respect du règlement intérieur.

Règlement intérieur

En effet, les entreprises d’au moins 20 salariés ont l’obligation d’établir un règlement intérieur en le portant à la connaissance des salariés, qui devra absolument fixer les règles générales et permanentes relatives à la discipline et notamment prévoir la nature et l’échelle des sanctions. En effet, en l’absence de leur mention dans le règlement intérieur, l’employeur ne pourra pas les prononcer. La jurisprudence a alors précisé que s’agissant d’une mise à pied disciplinaire, le règlement intérieur doit prévoir sa durée maximum sous peine d’illicéité (Cass soc, 26/10/2010, n°09-42.740).

Les différentes sanctions

Le pouvoir disciplinaire de l’employeur pourra se traduire de plusieurs façons selon la gravité de la faute disciplinaire, il pourra s’agir d’un simple avertissement, d’un blâme, d’une mise à pied, d’une rétrogradation, d’une mutation ou aller jusqu’au licenciement (attention : de simples observations verbales ne sont pas considérée comme une sanction disciplinaire). En toute hypothèse, la sanction devra être proportionnée à la faute reprochée.

Par ailleurs, différentes fautes peuvent être reprochées au salarié (légère, simple, grave, lourde) mais seules les fautes strictement commises dans l’exercice de son activité professionnelle peuvent justifier l’exercice du pouvoir disciplinaire par l’employeur. Ce principe connaît tout de même une exception qui intervient lorsque des actes commis dans la vie personnelle se rattachent exclusivement à la vie de l’entreprise. C’est ce qui a été décidé par la cour de cassation dans un arrêt du 10 décembre 2008 (no 07-41.820) où en l’espèce un salarié avait injurié son employeur en dehors de l’entreprise et du temps de travail.

Enfin, l’employeur est tenu de respecter une procédure pour exercer son pouvoir disciplinaire. En toute hypothèse, il devra informer le salarié par écrit des griefs qui lui sont reprochés mais si la sanction peut avoir une incidence, immédiate ou non, sur la présence dans l’entreprise, la fonction, la carrière ou la rémunération du salarié, la procédure sera plus complexe (Art. L. 1332-2). En effet, dans ce cas, l’employeur doit convoquer le salarié à un entretien préalable et lui signifier les motifs de la sanction envisagée et recueillir les explications du salarié. Ensuite, il devra notifier sa décision au salarié par lettre RAR ou par remise en main propre.

Notre actualité Droit Disciplinaire

L’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (nouvelles dispositions à compter du 1er janvier 2020)

Sont assujettis à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés, mutilés de guerre et assimilés, les entreprises de plus de 20 salariés. Cette obligation concerne indifféremment les employeurs du secteur privé ou public. Sont ainsi notamment visés : les entreprises ou établissements industriels ou commerciaux ; les établissements publics industriels et commerciaux ; les professions libérales ; les sociétés ; les syndicats professionnels ; les associations. Les entreprises de travail [...]

Le contrôle du temps de travail des salariés avec la géolocalisation

La Cour de Cassation s’est prononcée sur la question de savoir si l’employeur peut recourir à la géolocalisation pour contrôler le temps de travail de ses salariés. Dans un premier temps, la Cour de Cassation a rappelé que l’utilisation de la géolocalisation à des fins autres que celles portées à la connaissance du salarié et de la CNIL constitue un manquement suffisamment grave. Ce dernier [...]

Réseaux sociaux : dénigrer son employeur dans un groupe fermé ne justifie pas un licenciement pour faute grave

Le 12 septembre 2018 (n°16-11.690), la chambre sociale de la Cour de cassation a considéré que le fait pour un salarié de tenir des propos injurieux et humiliant à l’égard de son employeur dans un groupe Facebook fermé, n’était pas un motif de licenciement pour faute grave. En l’espèce, une négociatrice immobilière avait été licenciée pour faute grave après avoir tenu des propos injurieux et [...]

Le délai entre la convocation et l’entretien préalable est d’au moins 5 jours ouvrables

En application de l’article L 1232-2 du Code du travail, l’entretien préalable au licenciement ne peut avoir lieu moins de 5 jours ouvrables après la présentation de la lettre recommandée ou la remise en main propre de la lettre de convocation à l’entretien, de sorte que le jour de la présentation ou de la remise de la lettre ne compte pas dans le délai, ni [...]

La responsabilité solidaire du donneur d’ordre vise désormais les contrats d’au moins 5.000 € et non plus 3.000 €

Depuis le 1er avril 2015, le devoir de vigilance du donneur d’ordre à l’égard de de son sous-traitant en matière de travail dissimulé ne porte désormais que sur les contrats d’au moins 5 000 € (au lieu de 3 000 € précédemment ; article R 8222-1 du Code du travail modifié).   Ce devoir de vigilance oblige le donneur d’ordre à s’assurer que son sous-traitant respecte l’interdiction [...]

La réparation des conséquences dommageables de l’exécution provisoire

Le salarié est tenu de réparer les conséquences dommageables de l'exécution provisoire qu'il a poursuivie à ses risques et périls.   Lorsque le jugement prud'homal emporte condamnation à paiement de rappels de salaire, et que le salarié en poursuit l'exécution forcée faute de paiement spontané, il prend le risque de devoir restituer le montant total de la condamnation prononcée (soit les sommes brutes et non les [...]

Quel délai pour notifier un licenciement après une mise à pied conservatoire ?

Quel délai pour notifier un licenciement après une mise à pied conservatoire ? La prudence est de mise dès lors que la Cour de Cassation considère que lorsque la procédure de licenciement est engagée 6 jours, voire même 4 jours après la notification d'une mise à pied conservatoire, cette dernière prend un caractère disciplinaire et le licenciement se trouve privé de cause réelle et sérieuse [...]

L'employeur peut-il licencier un salarié mal habillé ?

L'employeur peut-il licencier un salarié mal habillé ? Choisir ses vêtements relève en principe de la liberté individuelle de chacun, laquelle peut toutefois être encadrée au travail en leur imposant le choix d’une tenue décente et correcte, et fonction de l’emploi occupé. Les salariés doivent adopter une tenue décente et qui ne soit pas susceptible de créer un trouble dans l’entreprise ou de choquer la [...]

En continuant de naviguer sur ce site, vous autorisez l'utilisation de nos cookies. Plus d'informations

Les paramètres de cookies sur ce site sont configurés pour "autoriser les cookies" afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer