Loading...
Rupture conventionnelle2019-01-25T14:37:54+00:00

Rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle est une convention par laquelle l’employeur et le salarié se mettent d’accord sur les conditions de rupture du contrat de travail qui les unis. Il s’agit d’ailleurs, depuis 2008, du seul mode de rupture amiable (Cass Soc, 14 octobre 2014, no 11-22.251).

Une procédure stricte encadre la rupture conventionnelle

Par ailleurs, une procédure assez stricte encadre ce mode de rupture du contrat de travail. En effet, il est tout d’abord nécessaire d’effectuer un ou plusieurs entretiens préalables (avec possibilité de se faire assister). Ensuite, il est prévu de conclure une convention de rupture par écrit prévoyant notamment le montant de l’indemnité versée au salarié et la date de rupture envisagée. Pour ce faire, il existe des formulaires types de rupture conventionnelle. Enfin, à l’issue du délai de rétractation de 15 jours accordé aux parties, la convention devra faire l’objet d’une homologation par l’autorité administrative compétente.

A l’issue de cette procédure le salarié bénéficiera alors d’une indemnité qui doit être au moins égale à l’indemnité légale ou conventionnelle perçue en cas de licenciement (la plus avantageuse étant retenue) et il bénéficiera également du droit aux allocations chômage.

Ainsi, par la rupture conventionnelle, les parties règlent les conditions de la rupture du contrat de travail mais pas les éventuels litiges relatifs à l’exécution antérieure du contrat de travail. En effet, la conclusion d’une rupture conventionnelle n’empêchera pas le salarié d’invoquer par la suite, devant les tribunaux, des griefs qu’il a subi pendant l’exécution du contrat de travail (harcèlement moral, sexuel, ou non-paiement des heures supplémentaires).

Un mode de rupture ouvert aux salariés en CDI seulement

Il est à noter que ce mode de rupture n’est ouvert qu’aux salariés en CDI (protégés ou non) et qu’il est possible même si un licenciement est déjà en cours tant que son recours est décidé d’un commun accord.

En outre, la Cour de cassation a assoupli récemment sa position sur certains points. En effet, elle a notamment décidé que le versement d’une indemnité d’un montant inférieur à celui prévu par la loi et que la fixation d’une date de rupture antérieure au lendemain de l’homologation ne justifie pas la nullité de la rupture conventionnelle. Il appartiendra au juge de condamner pécuniairement l’employeur et de rectifier la date de la rupture (Cass soc. 8 juillet 2015 – N°14-10.139).

Enfin, elle a également donné la possibilité, en l’encadrant strictement, d’effectuer une rupture conventionnelle pendant la suspension du contrat de travail résultant de la prise d’un congé maternité ainsi que pendant les 4 semaines suivant cette période (Cass soc, 25 mars 2015, n°14-10.149).

Notre actualité rupture conventionnelle

PSE : toutes les offres de reclassement professionnel, sans exception doivent y figurer

Le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) doit être mis en œuvre par l’employeur, en cas de licenciement pour motif économique. Ce plan vise à éviter les licenciements ou à en limiter le nombre. Il est établi en fonction du nombre de salariés dont le licenciement est envisagé et doit faire l'objet d'une validation ou d'une homologation de son contenu par la DREETS (Direction régionale de [...]

Rupture conventionnelle : est-il possible de renoncer à la clause de non concurrence ?

Après rupture du contrat de travail, le salarié doit retrouver, en principe, la totale liberté d’exercer toute activité, même concurrente de celle de son ancien employeur. Le salarié reste néanmoins soumis à son obligation de loyauté prévue aux articles 1104 et 1194 du Code civil, qui se traduit par une obligation de ne pas causer de tort à son employeur, de quelle que façon que [...]

L’inaction de l’employeur face au refus du salarié inapte d’être reclassé : risque de résiliation judiciaire du contrat de travail aux torts de l’employeur

Lorsque le salarié est déclaré inapte par le médecin du travail, l’employeur doit en tirer toutes les conséquences. Pour éviter la résiliation judiciaire du contrat de travail, l’employeur a une obligation de reclassement. En cas d’impossibilité de reclassement, il doit procéder au licenciement. Pour satisfaire son obligation de reclassement, l’employeur doit proposer au salarié un emploi conforme aux dernières indications de l’avis médical. Si le [...]

Quelles sont les conditions pour rompre une période d’essai

Selon l’article L. 1221-20 du Code du travail, « la période d'essai permet à l'employeur d'évaluer les compétences du salarié dans son travail, notamment au regard de son expérience, et au salarié d'apprécier si les fonctions occupées lui conviennent ». Pour être en mesure de rompre une période d'essai, cette dernière doit être expressément mentionnée dans la lettre d’engagement ou le contrat de travail, et acceptée par [...]

Réforme de l’assurance chômage 2021 : les nouvelles règles sont fixées

Suspendue le temps de la crise sanitaire et sociale, la réforme de l’assurance chômage devrait finalement entrer en vigueur à compter du 1er juillet 2021. Un décret du 30 mars met ainsi en œuvre la réforme de l’assurance chômage dès 2021. Ce dernier organise ce report et précise les dispositions relatives aux modalités de calcul du salaire journalier de référence (SJR), accompagné d’un mécanisme [...]

L’employeur peut-il s’opposer à la réintégration du salarié en cas de nullité du licenciement ?

Le code du travail ouvre la voie de la réintégration lorsque la rupture est requalifiée en licenciement sans cause réelle et sérieuse, mais celle-ci est toutefois largement hypothétique car conditionnée à la volonté réciproque des parties (C. trav., art. L. 1235-3). Néanmoins, il en va différemment en cas de licenciement nul. En effet, lorsque le licenciement est entaché d’une nullité telle que la [...]

Rétractation d’une rupture conventionnelle : c’est la date d’envoi qui compte

La Cour de cassation applique à l’employeur la même règle que celle retenue pour le salarié, selon laquelle la fin du délai de rétractation de 15 jours calendaires d’une rupture conventionnelle s’apprécie à la date d’envoi de la lettre et non à sa date de réception. L’article L 1237-13 du Code du Travail précise qu’à compter de la date de signature d’une rupture conventionnelle, chacune [...]

Peut-on revenir sur sa démission ?

La démission est non équivoque dès lors que la volonté est clairement établie et que l’employeur a déjà reçu la lettre de démission. Il est possible de se rétracter et de revenir sur sa démission seulement si : l’employeur l’accepte expressément (il peut déchirer la lettre de démission) ou tacitement (il laisse le contrat de travail se poursuivre), ce dernier ne l’a pas encore réceptionnée. Cela [...]

En continuant de naviguer sur ce site, vous autorisez l'utilisation de nos cookies. Plus d'informations

Les paramètres de cookies sur ce site sont configurés pour "autoriser les cookies" afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer